4 artistes qu’instagram nous a fait découvrir

ON LE SAIT, INSTAGRAM EST LE LIEU IDÉAL POUR DÉNICHER DE NOUVEAUX ARTISTES : LES CHANTEURS COMME EDDY DE PRETTO, MOHA LA SQUALE OU ANGÈLE, LES MANNEQUINS OU ENCORE LES ACTEURS…

MAIS C’EST AUSSI GRÂCE À NOTRE RÉSEAU SOCIAL PRÉFÉRÉ QU’ON PEUT NOURRIR NOTRE ESPRIT DES OEUVRES D’ART LES PLUS NOVATRICES, DANS L’ÈRE DU TEMPS. PEINTRES, SCULPTEURS, DESSINATEURS… CES ARTISTES QUI DÉBUTENT OU S’AGUERRISSENT AU FIL DES ANNÉES, INSPIRÉS PAR LES PLUS GRANDS COMME MAGRITTE OU DALI, SE DÉLECTENT EN GRANDE MAJORITÉ DU SURRÉALISME, QUAND BIEN MÊME CERTAINS OSENT ÉGALEMENT LE RÉALISME.

INSTAGRAM SE DÉVOILE ALORS COMME SOURCE D’INSPIRATION ET LIEU DE DÉCOUVERTE ARTISTIQUE DE PRÉDILECTION, GRÂCE AUQUEL NOUS AVONS PU DÉNICHER 4 DE SES TALENTS LES PLUS EN VOGUE.

1. @Kliuwong

Avec des illustrations qui nous feraient presque voir la vie en rose, Kristen Liu nous fait rentrer aisément dans un univers totalement loufoque. Si à première vue, ce monde colorés donne envie, il faut rester sur ses gardes : derrière ces couleurs pastels, des femmes à l’allure presque monstrueuse, usées par le quotidien. Pour Liu en tout cas, le corps de la femme nue a toute son importance puisqu’elle lui accorde une place centrale dans ses oeuvres. Pratiquant aussi bien son art sur des feuilles A4 que sur les murs de l’enseigne de vêtements NastyGal, la vie des femmes qu’elle raconte à travers ces toiles suscite de l’intérêt aux quatre coins du monde…

poposition.com

2. @Emirshiro

Emir Shiro a fait beaucoup parler de lui dernièrement, pourtant ça fait déjà plusieurs années que ses fans les plus intimes s’arrachent ses collages sur Instagram.

Si l’artiste a commencé avec des collages plutôt érotiques, il s’est rapidement engagé dans ses oeuvres, en mettant en scène Kim Jong-Un ou encore Donald Trump sur ceux-ci. D’une imagination débordante, l’artiste crée des collages parlants esthétiquement, notamment grâce à une concordance de couleurs et de formes. En comparant une poitrine féminine à une balle de tennis ou à un oeuf, la cambrure d’une femme à un chat et un flamant rose à une danseuse, Emir Shiro étonne par des métaphores parfois très sarcastiques.

Nombreuses de ses oeuvres utilisent une coupure horizontale avec deux sujets différents de chacun de ses côtés. Récemment, l’artiste s’est lancé dans des collages plus subtils dans lesquelles il fond deux visages de personnalités politiques, et l’on ne peut qu’admettre que le résultat est des plus troublants.

emirshiro.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

3. @Pollynor

View this post on Instagram

Throw back from 2015

A post shared by POLLY NOR (@pollynor) on

Pour Pollynor, le grand succès a déjà sonné à sa porte : l’artiste a déjà plus d’1 million d’abonnés sur Instagram et a eu l’opportunité d’exposer dans des lieux de renom. Son objectif : dépeindre la femme et ses démons. Reprenant dès lors tous les soucis qu’une femme peut rencontrer, allant des rêves, à l’engagement, au manque de confiance en soi, en passant par les règles douloureuses.

Ses illustrations dépeignant les démons de cette femme blonde à l’allure disgracieuse, font du bien : la peur et les difficultés n’évitent personne, nous ne sommes pas des cas isolés. En s’inspirant de ses propres expériences londoniennes, l’artiste permet aux femmes de dédramatiser en reproduisant des situations qui leur sont familières.

pollynor.com

4. @Chloewise_ 

Les oeuvres de Chloe Wise peuvent parfois être d’autant plus complexes à comprendre. En effet, derrière de simples portraits, l’artiste dissimule souvent des faciès et des expressions bien plus intéressantes qu’elles ne pourraient le laisser paraître. `

La jeune femme de Montréal, récemment installée à New York, ne fait cependant pas seulement dans le réalisme : elle dénonce également à sa façon le capitalisme, elle qui est très intéressée par Karl Marx. Avec sa série de Bread Bags ou Cats not fighting is an horrible sound, elle remet en cause d’une part les logos des grandes marques qui sont parfois des arguments d’autorité pour nous, et de l’autre, notre consommation en montrant de la nourriture gaspillé par l’homme qui semble s’amuser avec, ou du moins, ne pas la manger.

L’artiste très prisée qui avait déjà exposé à Paris il y a plus d’un an, impressionne par sa polyvalence, elle qui dénonce parfois, et qui prend goût à se peindre elle-même, son chat et ses amis d’autres fois.

chloewise.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Couverture : Chloe Wise

Par Eléna Pougin

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s