SKATE KITCHEN : LE FILM QUI PROUVE QUE LES SKATEUSES ONT (ENFIN) LEUR PLACE

Le monde du Skate n’en est pas à ses premières heures. Cela fait des années qu’il ne cesse de prendre de l’envergure dans nos villes. Désormais, toutes les zones urbaines ont leur Skate Park, n’en déplaise aux détracteurs du domaine. Pourtant, les femmes peinent toujours autant à se faire considérer comme des skateuses à part entière. Et si c’était sur la bonne voie ?

Le nouveau film de Crystal Moselle sonne alors comme une évidence. En salle dès le 30 janvier, il présente cette catégorie d’amateurs de skate souvent négligée : les femmes. Récemment, ce monde plutôt restreint a commencé à se féminiser, ce qui a ouvert la brèche à de milliers de femmes qui voulaient se lancer dans la pratique. Depuis peu, la gente féminine peut alors se présenter lors de compétitions qui lui sont dédiées, comme le Vans Girls Combi Pool. Également, les skateuses se sont vues sur le devant de la scène lorsque des figures comme Lizzie Armanto sont apparues en couverture de grands magazines, comme le célèbreTransworld Skateboarding.  

À lire aussi : « TWERK » DE CITY GIRLS & CARDI B, OU LE FÉMINISME EN CARTON

Alors que des collectifs de skateuses émergent au quatre coins du globe, la réalisatrice a décidé de suivre les Skate Kitchen, afin de montrer sur grand écran, comment le skate les a unies, et a fait de ce groupes de femmes de véritables amies. L’image est touchante, car la jeunesse New-Yorkaise y est présentée telle qu’elle est, avec une sincérité décomplexée. Interprétant leur propre rôles, les cinq femmes ne sont pourtant pas des actrices. Toutefois, leur prestation inspire: elles évoluent dans un univers d’hommes, et ce avec brio.

Une immersion dans des quotidiens de femmes, évoluant dans une sphère quasi-exclusivement masculine

Est-ce que le film Skate Kitchen va permettre aux femmes d’être égales aux hommes dans le skate ? Pas sûr. Cependant, il pointe du doigt cette récente et admirable appropriation des femmes pour le genre, longtemps réservé au sexe opposé. « Je voulais que le film soit le plus réel possible » affirmait Crystal Moselle pour Highsnobiety en ajoutant: « Le film a de toute façon été nourri par des moments réels qu’elles avaient déjà vécus entre elles par le passé, moments que nous avons ensuite amplifiés ensemble pour faire naître des scènes plus importantes ».

L’histoire semble donc faire écho à l’actualité, en ce qu’elle montre non pas seulement la montée en puissance des skateuses, mais aussi la volonté éprouvée par les femmes de tout horizon à trouver leur place dans une société masculine. C’est aussi un film qui promeut une très belle vision, soudée et parfois décalée, de l’univers du Skate, de plus en plus inclusif. Du reste, le film célèbre la dite pratique urbaine, et annonce peut-être le début d’une ère où le sexisme n’y aurait plus sa place.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s